OMS : autorisation de vaccins contre Covid-19

Depuis la fin de l'année 2019, l'épidémie de la maladie à virus corona (covid) a fait et continue de faire ravage. Aujourd'hui devenue une pandémie, cette maladie a amené les scientifiques à entrer dans leurs différents laboratoires pour y trouver un vaccin. Ces nombreuses recherches, longtemps soldées par des échecs, ont finalement connu de succès donnant naissance à des vaccins dits « anti-covid ». Dans cet article, il est question des vaccins approuvés par l'OMS.

Vaccin contre la COVID-19 de Pfizer

Pour cause d'urgence signalée, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a autorisé l'administration du vaccin de Pfizer contre la maladie de coronavirus. En effet, dès que le test de l'efficacité d'un vaccin est positif, son homologation entre en processus. Ainsi, les autorités nationales prennent leurs responsabilités dans ce sens. C'est alors que la distribution selon les normes est faite.
Pas plus tard que le mois dernier, deux versions d'un nouveau vaccin ont été autorisées par l'OMS. Il s'agit, bien entendu, du vaccin AstraZeneca/Oxford. Ces versions ont été élaborées par le Serum Institute of India et SKBio et autorisées au titre du protocole d'urgence. Tout ceci dans le souci de finir avec la pandémie de Covid-19.
Par ailleurs, il est à préciser que l'OMS est en collaboration avec divers partenaires de part le monde entier pour la coordination des grandes étapes de l'élaboration et de l'administration des vaccins. D'autres vaccins sont en cours d'autorisation mais, rappelons que plus de 175 millions de vaccins ont déjà été administrés.

Combien de temps pour éradiquer la pandémie grâce aux vaccins ?

La réponse à cette question dépend de plusieurs facteurs. Cela dépendra, en l'occurrence, de la rapidité dans l'élaboration, la vérification et la distribution des vaccins. Bien qu'une efficacité de 100 % ne soit pas possible, l'OMS s'évertue à garantir une plus haute efficacité afin d'avoir un impact maximal. En outre, un facteur important non négligeable est la possible émergence de nouvelles variantes du virus responsable de la maladie.

A lire :   Insécurité en France : la guerre des bandes